Fifi Brindacier: un manifeste contre l’adultisme venu de Suède

Fifi Brindacier: un manifeste contre l’adultisme venu de Suède

“Si je peux apporter un peu de soleil à un seul enfant, je serai contente.” Astrid Lindgren

C’est en 1945 au sortir de la Seconde Guerre mondiale que la plume d’or de la romancière suédoise Astrid Lindgren offre aux lecteurs une petite rouquine sur son cheval, dessinée par Ingrid Vang Nyman, une illustratrice danoise. Le personnage de Pippi Langstrump (Pippi aux longues chaussettes en suédois, traduit par Fifi Brindacier en français), fut d’abord et avant tout imaginé pour égayer les soirées de la fille d’Astrid Lindgren – Karin, atteinte d’une pneumonie, à la demande de cette dernière qui adorait écouter les histoires contées par sa maman.

Astrid relève le défi, passionnée par la psychologie des tout-petits et des idées novatrices en matière de l’éducation des jeunes enfants insufflées par A.S. Neilland et Bertrand Russell. Selon le biographe Jens Andersen « le contexte misanthrope et émotionnellement refréné de la Seconde Guerre Mondiale a été une des plus grandes influences dans l’écriture du personnage de Fifi par Lindgren, présentée comme pacifiste, généreuse et bienveillante ». Par la suite, son œuvre toute entière visera à promouvoir une approche éducative basée sur l’empathie, le respect de l’enfant et de ses sentiments ainsi que le rejet de toute forme de violence.  Emil, Lotta, Lillebror, Karlsson, Kati, Mio, Ronya, Rik et d’autres vont naître sous sa plume et insuffler la chaleur et l’espoir mais aussi la joie, l’insouciance et la spontanéité dans les cœurs et esprits de celleux qui en auront besoin…

L’extraordinaire personnage de Fifi Brindacier

Très brièvement: Fifi est une petite fille de neuf ans dotée de deux belles tresses rousses et d’une force extraordinaire vit seule dans la Villa Drôlederepos de manière complètement anticonformiste dans avec Monsieur Nilsson, un petit singe, et Oncle Alfred, un cheval. Son père – le capitaine Efraïm Brindacier, le roi des mers du sud disparu en mer, lui a légué une fortune extraordinaire ce qui fait d’elle l’une des personnes les plus riches sur Terre. Fifi résout généralement les conflits de manière non violente et protège les autres enfants du harcèlement. Elle vit plein de belles aventures avec ses voisins, Annika et Tommy, deux enfants « sages et bien élevés », en outre les enfants modèles de l’après-guerre. Fifi apparaît simultanément généreuse, sage, sincère mais aussi égoïste, parfois ignorante, parfois menteuse – humaine en somme! Dans son pays natal, ce personnage drôle, réaliste, féerique et totalement hors du commun est considéré comme une icône féministe qui va à l’encontre des représentations stéréotypées des enfants dans la littérature jeunesse suédoise et cela même au-delà des frontières. En filigrane, d’autres questions sont traitées: la tolérance, l’acceptation de l’Autre…

« Au-delà du pur amusement, je voulais qu’elle (Fifi) montre qu’il était possible d’avoir du pouvoir sans en abuser. C’est la fille la plus forte au monde et elle a beaucoup d’argent, mais elle est toujours gentille, serviable et généreuse. » Astrid Lindgren

une héroine de la litterature jeunesse féministe et badass avant l'heure

L’accueil d’un personnage atypique dans la littérature jeunesse

Le livre connaît un succès quasi immédiat en Suède, mais ne tarde pas à diviser la presse: on le critique tantôt sur la forme tantôt sur le fond, on reproche au livre un style strop libéré dans la syntaxe mais aussi dans le vocabulaire employés. Le personnage de Fifi est jugé anti-autoritariste, capable de remettre en question la puissance des adultes tout en célébrant l’indépendance des enfants potentiellement dangereux pour les jeunes lecteurs…

Astrid Lindgren n’intervient qu’une fois pour faire face aux critiques virulentes de l’époque encore très conformiste ne pouvant tolérer un personnage intrépide et insolent dans un livre destiné aux enfants. Elle rappelle qu’avant d’être des adultes capables de vivre parmi d’autres adultes, les enfants ont besoin d’adultes qui les protègent : « ce serait à eux d’édifier autour des enfants un monde fait de protection, de chaleur et d’amour. Or le font-ils ? Trop rarement, à ce qu’il me semble. Il est probable qu’ils n’en aient pas le temps, car ils passent tout leur temps à éduquer leurs enfants. Du matin au soir ils l’éduquent avec acharnement car tout ce qui leur importe est que l’enfant se comporte dès le début comme un adulte. « Être enfant » a l’air d’être à leurs yeux un très vilain défaut de caractère qu’il convient de combattre par tous les moyens. »

Ainsi, l’œuvre originale de Lindgren connaît la censure dans des nombreux pays, dont la France fait partie. En 1951 paraît une certaine Mademoiselle Brindacier… Il s’agit plutôt d’une adaptation et non d’une traduction fidèle au texte d’origine. C’est une pratique éditoriale courante de l’époque dans un souci de se rapprocher le plus possible des mentalités françaises et surtout de la faculté d’appréhension de cette dernière par les enfants.

Si l’œuvre originale remet en question le monde adulte ainsi que l’adultisme de manière générale et défend les droits de l’enfant, sa version française atténue grandement ce trait anti-autoritaire par « la censure de toutes les formes d’opposition ouverte au monde adulte non suivies d’une attitude repentante », selon l’analyse de Christina Heldner en 1992, une enseignante de littérature à l’université d’Umea en Suède.

Ce n’est qu’en 2007, à l’occasion du centième anniversaire de la naissance d’Astrid Lindgren que Hachette fera reparaître toute la trilogie: Fifi Brindacier, Fifi princesse et Fifi à Couricoura avec les illustrations de l’édition originale suédoise et dans la traduction d’Alain Gnaedig. Hachette gardera cette traduction des années 1980, le fruit des échanges de longs courriers entre la maison d’édition en France et Astrid Lindgren défendant corps et âme les valeurs sous-jacentes à son œuvre.

une enfance libre et heureuse au plus près de la nature et des espaces verts

« Je me suis aperçu que la traduction française était plutôt déficiente : un tiers du texte manquait et il était adouci dans son aspect anarchique et dans l’idée de l’autorité bafouée. Des paragraphes entiers étaient supprimés alors que certains avaient été complètement réécrits. J’ai constaté que les traductions anglaise et allemande étaient plus fines.Aussi ai-je voulu respecter la réalité suédoise d’une certaine époque ainsi que l’esprit polémique des romans. Si j’ai rendu Fifi un peu plus méchante, c’est parce qu’Astrid Lindgren l’a voulue ainsi. J’ai gommé le côté « gag » un peu outrancier au profit de l’aspect « rigolard » qui parcourt toute la trilogie. On ne rend pas des mots, on rend un style, un ailleurs. J’ai dû respecter les niveaux de langage, travailler les marques d’ac-cents étrangers avec finesse, pour ne pas tomber dans le “petit nègre”. J’ai beau-coup joué sur les assonances pour respecter une forme d’oralité car je suis convaincu que ces textes ont été écrits pour être lus à haute voix. » Alain Gnaedig

Pour finir, il est important de noter que Fifi est la première héroïne féministe de la littérature pour enfants, même si Astrid Lindgren ne lui a jamais attribué une telle étiquette. Le personnage de Fifi reste un symbole fort, inspirant pour certains, discuté pour d’autres. A mon sens Fifi est un roman résolument féministe et résolument passionnant, porté par une plume riche et vivante d’Astrid Lindgren que j’affectionne tout particulièrement… Ce serait bien dommage de passer à côté!

— — —

Crédit photos  –  Annie Spratt via Unsplash



2 thoughts on “Fifi Brindacier: un manifeste contre l’adultisme venu de Suède”

  • Une des héroïnes de mon enfance. Merci Catherine pour cet excellent article qui met à jour la véritable personnalité de Fifi. J’ai beaucoup appris. Il est temps pour moi de la présenter à ma petite-fille.
    ♥️

    • Au plaisir chère Marylène! Bonne lecture, je suis sûre que vous allez vous régaler toutes les deux en découvrant Fifi! La série suédoise est tout aussi géniale, disponible sur youtube en français, les enfants l’adorent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *