Affronter ses propres peurs

Affronter ses propres peurs

Nous avons déjà constaté que décider de faire le vide était une manière d’inviter le changement dans notre vie. C’est bien beau et simple en théorie, mais en vérité la décision de repartir à zéro n’est pas si évidente à prendre pour tout le monde.

Grâce aux neurosciences, nous savons aujourd’hui que l’être humain est routinier et fidèle à ses petites habitudes. Qu’elles soient bénéfiques ou mauvaises pour nous, nous ne pouvons pas leur enlever leur puissance. Les habitudes nous rassurent, elles nous procurent le confort en permettent de vivre en auto-pilote lorsque nous sommes fatigués ou surmenés au quotidien: il est moins énergivore de suivre un itinéraire habituel que de chercher des nouveaux repères.  Ainsi, quitter cette zone de confort est assez difficile et notre esprit résiste au changement de toutes ces forces, et cela malgré nous parfois.

La médiatisation et la communication consumériste nous a persuadé que pour exister il était primordial d’accumuler sans arrêt. Ainsi, nous avons tendance à croire que la consommation outrancière fait partie de la vie. Et si le matériel, relié à nos souvenirs personnels figés dans nos possessions n’était qu’une simple illusion?

Refuser de garder à tout prix ces souvenirs figés serait alors de reconnaître le caractère éphémère de notre propre passé qui n’est plus? Pourquoi donc continuer à porter ce poids immense du passé et de nous empêcher d’être les véritables architectes de notre propre bonheur ici et maintenant?

Faire le choix de ne plus être prisonniers des routines est indispensable pour vivre une vie authentique qui a du sens.  Notre esprit trouvera des milliers d’excuses pour refuser le changement. Vous entendez peut-être en ce moment même alors que vous lisez ces lignes, cette petite voix qui vous dit que vous n’avez pas le temps pour faire un grand tri, que tel ou tel objet pourrait encore vous servir ou serait utile un jour pour quelqu’un de votre entourage? Et puis, après tout, vous n’aimez pas jeter, voyons!

Une fois de plus, rappelez-vous de cet ancrage puissant qui est celui de vos habitudes. Votre passé ne vous appartient pas et/ou plus, étant le fruit des décisions ou d’événements dont vous n’étiez pas acteur, que vous étiez peut-être amenés à subir. En revanche, votre vie d’aujourd’hui et votre avenir vous appartiennent pleinement. Vous avez le choix et la possibilité de ne plus supporter votre histoire et de vous en libérer pour de bon! Vous pouvez débarrasser votre esprit et votre intérieur de tous ces souvenirs figés, entassés, gardés, exposés… Ainsi, ils n’auront plus d’emprise sur votre vie.

Prenez votre courage entre vos mains et ne vous laissez plus dominer par votre passé et vos croyances limitantes qui vous pèsent. En vous concentrant sur ici et maintenant, vous vous concentrez sur votre volonté ferme et ancrée de vous ouvrir au changement. Nul besoin d’emmagasiner pour exister. Toute votre richesse était déjà et sera toujours là, elle en est vous!

Crédits photo – Joanna Kosinska via Unsplash


3 thoughts on “Affronter ses propres peurs”

  • Je réalise que je vois les objets comme des personnes et que je les garde, récupère car sinon j’ai le sentiment de les abandonner.. C’est comme si je cherchais à leur venir en aide !

    • C’est très intéressant ce que tu dis à propos de ta tendance à accumuler les objets! Aborder cela avec un(e) spécialiste permet de dénouer les blocages et mieux comprendre quelle est l’origine de cet état intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *