Geste simple #6: Privilégier le seconde main

Nous savons parfaitement aujourd’hui que la fabrication des objets neufs produit d’énormes quantités de déchets. Acheter d’occasion, c’est contribuer à sa petite échelle à préserver les ressources naturelles de notre planète et éviter la production massive de déchets extrêmement polluants. C’est également une possibilité de cautionner ou pas des marques et des entreprises en choisissant à qui donner votre argent. Comme le disait merveilleusement bien Coluche, «quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achètent pas pour que ça ne se vende plus».

Cela fait maintenant plusieurs années que nous essayons de privilégier au maximum des achats d’occasion sous toutes les formes: vêtements, meubles, livres, jouets. Nous ne mettons quasiment plus les pieds dans les boutiques, à quelques exceptions près. Heureusement, les possibilités de consommer autrement ne manquent pas.

Pour équiper toutes les pièces de la maison, nous passons par Emmaüs, Leboncoin, les ressourceries, les brocantes ainsi que les journées gratuites d’échange solidaire entre les habitants de notre commune organisées deux fois par an. Tout au long de l’année nous chinons régulièrement, c’est un vrai plaisir de pouvoir donner une nouvelle vie aux objets et de participer à l’économie collaborative. C’est également un excellent moyen de pouvoir s’équiper à moindre coût et sans générer des déchets!

Nous trouvons nos vêtements chez Emmaüs et dans les friperies, ainsi que sur Vinted; nous revendons et donnons les pièces que nous ne portons plus. C’est pareil pour les vêtements et les jouets de notre fille, ils viennent pour la plupart de vide-greniers, hormis quelques pièces qui nous été offertes. Nombreuses associations et ludothèques proposent des jouets et jeux d’occasion, ainsi que des objets de la puériculture que ça soit en vente ou en location. Les médiathèques regorgent des livres magnifiques pour les petits et les grands, leur abonnement est souvent peu onéreux voire gratuit. Nous aimons découvrir le contenu des boîtes à lire qui ne cessent de croître vraiment partout, cela est totalement gratuit et ne nous engage à rien. Il est également très facile de trouver des livres  à des prix plus que raisonnables dans des brocantes, chez Emmaüs, les ressourceries, sur Momox etc. Quant à l’achat des livres neufs (cela nous est arrivé plus d’une fois pour des ouvrages spécifiques et quelques coups de cœur), nous essayons d’aller dans une librairie physique, non seulement c’est agréable de flâner entre les étagères et de feuilleter les ouvrages, mais c’est aussi une façon de soutenir un commerce local et limiter l’impact écologique lié au transport et le suremballage des prestataires comme Amazon et bien d’autres.

N’oublions pas notre pouvoir de voter en tant que consommacteurs, la démocratie c’est aussi cela. Chacun d’entre nous a un réel pouvoir de changer les choses. Certes, les entreprises doivent faire un effort et chercher des solutions toujours plus éthiques et responsables, mais c’est à nous de les obliger à le faire, en refusant de cautionner le modèle de consommation actuel et ses pratiques, orchestrées par des lobbys sans pitié et d’autres personnes qui pensent avoir le pouvoir de nous imposer ce schéma de vie et d’en tirer un profit financier. En changeant petit à petit nos réflexes, en choisissant d’autres façons de consommer pour nous équiper, nous habiller ou de faire nos cadeaux, nous votons chaque jour et contribuons au changement vers un monde meilleur à la fois pour l’environnement, pour l’emploi mais aussi pour notre qualité de vie et celle de nos enfants.

Crédit photos – Annie Spratt via Unsplash

2019-09-29T00:35:44+00:00 25. 1. 2019|Chemin responsble, Minimalisme|0 Commentaire

Laisser un commentaire