Geste simple #5: Réduire le gaspillage alimentaire en 7 étapes

« Si le gaspillage était un pays, il serait le troisième plus grand producteur à effet de serre au monde après la Chine et les Etats-Unis ». National Geographic

Effrayant, n’est-ce pas? C’est la raison pour laquelle il est primordial d’agir à ce niveau en commençant par adopter quelques bonnes habitudes. Je vous propose ici 7 astuces simples mais efficaces que nous utilisons au quotidien afin d’éviter le gaspillage alimentaire au sein de notre famille.

1/ Planifier les repas

Je planifie nos repas de la semaine d’avance, généralement vendredi soir en faisant un point sur nos réserves au frigo et sur les étagères afin d’éviter d’avoir des ingrédients en trop. Ensuite, je fais une liste précise de nos courses pour la semaine à venir, en faisant trois catégories différentes: achats au marché du village, achats en vrac (magasins bio ou vrac sur Bordeaux pour nous) et achats au supermarché. Petit détail important: nous ne partons jamais faire nos courses l’estomac vide afin d’éviter des achats compulsifs (c’est du vécu!)

2/ Acheter moins et mieux

Je respecte ma liste des courses et j’évite d’acheter des produits en trop car je sais par expérience que nous ne les consommerons pas. Cela me permet aussi de les stocker dans de bonnes conditions. Nous utilisons un petit frigo et un petit congélateur, ce qui nous permet d’organiser et surveiller minutieusement nos stocks et évite d’avoir des mauvaises surprises. Les produits de base comme les pâtes, le riz, la farine, le sucre, les lentilles etc. sont conservés dans des bocaux en verre sur les étagères – donc toujours visibles, cela permet d’ajuster les réserves lorsque le besoin est là.

3/ Prendre l’habitude de congeler

Toujours grâce à ma liste des menus je sais exactement quels produits nous allons consommer en premier. Je congèle les produits qui seront consommés plus tard (si on change d’avis au cours de la semaine, il suffit de les décongeler en avance tout simplement). Je prends quelques minutes pour individualiser ce que je congèle, par exemple je vais séparer les steaks hachés ou les morceaux de viande en portions au lieu de tout mettre dans la même barquette. Lorsque j’en aurai besoin, j’aurai la quantité exacte à décongeler sous la main afin de réaliser une recette. Je coupe mes fruits et légumes en morceaux après les avoir trempé un quart d’heure dans de l’eau avec du vinaigre blanc (10cl pour un litre d’eau) et du bicarbonate (1 cuillère à soupe pour 1 litre d’eau), après rinçage ils seront plus sains. La combinaison du vinaigre et du bicarbonate élimine une grande partie des bactéries et des pesticides à la surface des fruits et légumes. J’ai pris cette habitude lorsque j’étais enceinte et je ne peux plus m’en passer. Pour congeler mes aliments j’utilise les contenants hermétiques en verre, des pots pour les soupes et les sauces, et le papier de cuisson biodégradable que nous mettons au compost pour emballer les portions individualisées de viande ou de poisson. Lorsque nous avions un congélateur plus grand je mettais très couvent des étiquettes faites du papier qu’on n’utilisait plus sur mes contenants en mentionnant le contenu et la date.

4/ Prendre le temps de cuisiner soi-même

Je prépare moi-même tous nos repas de la semaine, déjeuners à emporter au travail et goûters y compris. Cela me procure du plaisir, me rassure puisque je sais ce que je mets dans mes plats, et reste tout simplement gratifiant: les repas sont succulents (vive la modestie!), simples, de saison, sains et équilibrés. Depuis quelques mois j’ai commencé à utiliser les pelures des fruits et légumes en cuisine pour faire des chips ou des bouillons végétaux, sinon tous les déchets organiques partent soit faire des heureuses au poulailler ou bien au compost dans le jardin. Les légumes et les fruits abîmés ou « moches » ne sont jamais jetés, nous les aimons en gâteaux, soupes, compotes, confitures, sauces etc. J’essaie de les récupérer au marché (avec une ristourne la plupart du temps, super bonus!) ou grâce au réseau collaboratif des commerçants de l’application Too Good Too Go lorsque je suis à Bordeaux.

5/ Bien conserver ses aliments

Je vérifie régulièrement si le frigo et le congélateur sont à la bonne température et les dégivre si nécessaire. Nous veillons à ce que leurs portes ne soient pas ouvertes longtemps. Je fais un nettoyage régulier au vinaigre blanc.  Ces petits gestes permettent d’assurer les bonnes conditions de conservation à nos aliments.

Certains fruits et légumes comme le melon, l’avocat, les bananes, les tomates ou les pommes produisent naturellement un gaz, l’éthylène, qui a pour particularité l’accélération de maturation des fruits ou légumes placés à proximité. Mieux vaut les isoler ou bien utiliser cette faculté pour faire mûrir certains d’entre eux, je le fais souvent avec les avocats en les plaçant près des bananes tout simplement. Lorsque les fruits ou légumes commencent à être abîmés, je les retire du sachet ou de la corbeille où ils sont stockés afin de les consommer en priorité et d’éviter qu’ils ne contaminent pas les autres.

6/ Respecter la chaîne du froid au supermarché

Acheter les produits alimentaires dans le bon ordre évite qu’ils ne se détériorent trop vite. Voici un exemple d’itinéraire dans les rayons du supermarché: produits non alimentaires – conserves – boissons – épicerie – fruits et légumes – produits surgelés (en les mettant dans un sac isotherme) – produits réfrigérés (produits laitiers, viandes, poissons etc.).

7/ Maîtriser les dates

Afin d’éviter de jeter inutilement la nourriture susceptible d’être périmée, il est important de faire la différence entre les concepts suivants:

la date limite de consommation (DLC) qui concerne les produits frais comme les laitages, les viandes, les poissons et les plats cuisinés non stérilisés;

la date de durabilité minimale (DDM) qui est indicative, ainsi le produit ne représente aucun danger lorsqu’elle est dépassée, mais perd ses qualités nutritives et/ou gustatives;

la date de consommation recommandée (DRC) affichée sur les œufs:  28 jours après la ponte.

– – –

2020-04-29T23:25:56+00:00 22. 1. 2019|Chemin responsble, Minimalisme|4 Commentaires

4 Commentaires

  1. La gourmandise de violette 23 janvier 2019 at 5 h 27 min - Reply

    Très bien écrit . Des gestes très présents chez moi , merci du partage

  2. Marylène 22 février 2019 at 18 h 52 min - Reply

    Excellent article ! En plus je suis végétarienne ce qui simplifie un peu les choses. Pas par effet de mode. Par habitude depuis mon enfance. La viande ne passe pas 😉
    Mais t’es conse sur les fruits, légumes et les œufs sont précieux.
    Je fais pareil pour les bocaux sur les étagères. C’est génial !

    • Catherine 22 mai 2019 at 10 h 08 min - Reply

      Merci pour ton retour! Oui, les bocaux c’est génial (et joli!). Ravie que ces informations te soient utiles!

Laisser un commentaire